© 2007-2017

L'amateur, rend possible l'imprévisible
Europan 12, Fosses, Projet Lauréat, 2013
Équipe : BRA, Arnaud Ledu architecte, Mathieu Holdrinet architecte

La figure de l’Amateur contemporain, homme de passion et de médiation, se construit en opposition à la passivité du consommateur, isolé et coupé de la relation à l’autre par la division du travail et la segmentation des loisirs. La figure dilettante de l’Amateur qui, librement, multiplie, enrichit et diversifie ses activités s’oppose au caractère mono-tâche propre au salariat. Avec la division industrielle du travail, conception et production, consommation et production, jouissance et rémunération de la production, sont nécessairement dissociés. La production artistique et artisanale, où celui qui produit, conçoit et réalise entièrement l’objet, formule une alternative à la dissociation typique du modèle fordiste.

Les communautés d’Amateurs, cultivent le rapprochement de compétences. Elles conduisent au refus des formes avilissantes de consommation par l’exercice d’un jugement critique. Ce glissement de l’Amateur en qualité de producteur peut répondre tout autant aux attentes du marché et à son émancipation par l’individuation des conditions de travail. Au sens économique, la richesse n’est pas tant dans la reproduction mécanisée que dans l’invention collective. L’accent est alors mis sur la nécessité de faire : l’expérience individuelle et son partage révèlent des compétences empiriques que des règles théoriques ne pourraient ni surmonter ni remplacer. L’Amateur entretient un rapport amoureux aux choses qu’il souhaite partager et mettre en commun, à la différence du rapport plus exclusif, de propriété et de destruction, que génère la consommation.

être amateur c’est avoir un profond désir de reprendre les choses en mains et de se donner tous les moyens de le faire : actif et non passif. Regarder au delà de son domaine de compétence ; se rassembler autour du partage et de l’échange des connaissances.